Le blog de Jťrome COLLIGNON

Le blog de Jťrome COLLIGNON

2019 : causerie sur Le Centenaire CitroŽn

Cent100.jpg

 

Cet article a pour but de retracer et commenter les événements liés au Centenaire de la marque Citroën.

 

Citroën Origins :

Le mot anglais Origins fait-il plus "in" que sa traduction française ? Telle est ma première question. Pourquoi une commémoration dans une autre langue que celle de son fondateur, fils d'émigrés hollandais dont le nom a été francisé, s'intégrant dans la société française à force de travail, d'apprentissage des coutumes (renonçant peut-être à celles de sa famille), ayant servi sous notre drapeau, décoré par la nation (1), devenant plus français que nous, réalité qui donne (si j'ose dire) un autre éclairage de son nom sur la Tour Eiffel ? Voilà qui est dommage. Si la marque Citroën est internationale, elle est et reste en premier lieu française.

ACportrait.jpg

Portrait inédit

 

La France : comprenez-vous ce mot ? Avec sa jeunesse, son raffinement, son savoir-vivre, son sens de la fête, sa créativité innovante qui entraînent les autres.

 

Le logo et le tampon "Origins" sonnent comme un label historique, judicieux en cette année. Sauf que des erreurs, incompréhensibles, se sont glissées dans la communication, non contrôlées par ceux qui devraient en toute logique en être les gardiens. Citons l'affichage dans le métro Javel en forme de circuit imprimé, le pare-choc à bananes et le renfort de calandre sur la 7A exposée à Rétromobile, la silhouette d'une Traction d'après 1952 pour illustrer l'année 1934. Certes ce sont des pinailleries de collectionneur...

MétroJavel.jpg

Tirette D et starter d'après guerre sur le tableau de bord d'une Traction 1934 en affichage géant, métro Javel Paris 15ème.

 

Citroën va vendre une série spéciale des modèles actuels siglés "Origins" avec une C3 collector affichée au prix ahurissant de 19.000€ alors que son prix de vente avoisine les 13.000€. Un peu cher de l'autocollant... J'ai beau me forcer : mon cœur de citroëniste ne palpite pas.

.

cent-serie-origins.jpg
 

 

Février : Rétromobile – Paris

Le stand me semble bien calme. Très belle moquette siglée du Double Chevron. Une quarantaine de beaux véhicules exposés. Je m'attendais à de l'exubérance, des hôtesses peut-être, des animations, des films sur la marque, sur la Tour Eiffel, sur l'extraordinaire impact des Croisières, sur la DS ou la SM sautant les dunes, sur la foule au salon de 1955, des publicités avec la 2CV remplie de Shadocks, du volume, un grand portrait du patron, la distribution de bonbons ou de cotillons. Non simplement des voitures posées et des panneaux explicatifs verticaux si hauts qu'ils cachent parfois la prise de vue. Qui donc conçoit ces stands ? A-t-on joué l'économie dans l'attente du festival qu'on nous prépare en juillet ? Etait-ce l'organisation idéale dans l'espace imparti, grignoté sur le stand Peugeot qui l'a accepté avec élégance ? La foule était là mais bien sage, regardait et repartait voir la Peugeot e-Legend. Quelle différence n'est-ce pas entre ce qui excitait en 1925 et ce qui excite en 2019... Les clubs m'informent qu'Automobiles Citroën ne financeront plus le stand l'année prochaine. Reverrons-nous des Citroën à Rétromobile ? Une fête qui pour moi semble sonner comme un glas.

P2092248red.jpg P2092249red.jpg P2092250red.jpg P2092251red.jpg P2092325red.jpg P2092269red.jpg P2092265red.jpg P2092276red.jpg P2092262red.jpg P2092258red.jpg P2092330red.jpg P2092255red.jpg P2092252red.jpg P2092253red.jpg P2092254red.jpg
Aperçu de 100 ans de production

 

Février : l'Ami One

Toujours pour les 100 ans, Citroën nous réinvente la voiturette électrique, un cube aussi coloré qu'un jouet pour gamins sauf que...  

ami-one-concept-1024x436.jpg

 

nous ne voulons PAS de l'électrique et voici pourquoi :

- Ce sont des véhicules dont la pollution est cachée (non dite) : par les matériaux rares nécessaires pour la production des batteries et leur recyclage impossible. Où va-t-on stocker les déchets de plomb, de lithium au bout de 6 ans : dans nos jardins ?

- Leur autonomie est faible (ici 100km). Que fait-on pendant la recharge ? On attend, on dépend. Pendant la nuit, il faut pouvoir être chez soi ou à proximité d'un hôtel (et pas dans une zone industrielle lugubre), disposer d'une prise sécurisée pour le paiement, éviter un débranchement sauvage.

- Que fait-on en hiver sur une autoroute enneigée, dans la montagne, en cas de batterie déchargée ? Un régal pour les dépanneurs, à grands frais inutiles (pas de vraie panne). Les tarifs d'assurances vont exploser.

- Le nombre de bornes de recharge est insuffisant. Il en faudra autant que de places de parking !

- Je n'aurais que faire d'investir 10.000€ (en addition de frais de location) dans ce cube alors que dans une démarche écologique, je peux me rendre en centre-ville à pied en 15 min ou prendre le tramway, options possibles dans la majorité des villes françaises. Actuellement je ne peux pas le recharger (aucune borne existante). Donc ce véhicule est fait pour Paris. Autolib lancé en 2011 a été arrêté en juillet 2018 car non rentable. Où le stationne t-on ? A côté de sa berline essence qui permet de faire Paris-Lyon dans la journée ? Déjà qu'on manque de place. Ami One est donc un concept qui a dix ans de retard…

- Elargissons à la voiture autonome qu'on nous prépare sans nous consulter. Quelle évolution en 30 ans ! On nous a retiré successivement :

> l'accès à certaines commandes (automatisées)

> notre responsabilité (contrôles techniques qui décident de l'état de notre voiture à notre place)

> l'entretien périodique simple (mécaniques bourrées d'électroniques inaccessibles sans outillage spécialisé)

> la propriété (leasing)

> et bientôt la conduite.

- Ce mode prépare un avenir de gabegie électrique, avec caméras embarquées, conduite autonome, gros ordinateur gourmand en données énergivores : or nous voulons rester les artisans de notre route et non dépendre d'un programme informatique qui va nous filer, nous contrôler, nous ôter toute liberté, toute décision au nom de "notre incapacité à être intelligent ou réactif ou jeune". Quelle est l'étape ultime : le fauteuil roulant poussé par un robot ? Nous y allons à grandes roues.

chaiseporteurred.jpg

Le transport le plus écolo au monde qui favorise le sport.

 

 

Juillet : Le Centenaire - La Ferté Vidame

Evoquons lors d'une causerie "au coin du feu" cette manifestation qui n'a pas encore eu lieu.

 

Après l'annonce du circuit Michelin de Ladoux comme théâtre des opérations, en référence au 10ème ICCCR de 1995 (lire ici), l'équipe organisatrice constituée en mai 2017 nous annonce avoir réservé l'enceinte du château de La Ferté-Vidame bien connue des tractionnistes et deuchistes. Citroën dispose en effet à la Ferté d'une piste d'essais secrète depuis 1938 bardée de caméras de surveillance qui emploie 212 personnes dont la moitié pour tester et mettre au point les véhicules de PSA dans toutes les conditions : routes pavées de tous pays, autoroutes, nids de poules, pluie, etc. soit 4 millions de kilomètres par an (2). Les inscrits auront le privilège de rouler sur ces pistes.

 

Le 14 mai 2018, un premier communiqué est diffusé avec hélas une petite erreur puisque la 10HP n'est pas lancée le 4 juin 1919 mais livrée à cette date à son premier propriétaire (3). Les organisateurs prévoient alors 7000 à 10.000 véhicules répartis en 35% de français, 60% d'européens et 5% d'autres pays. La sécurité sera maximale avec des accès permettant d'évacuer 5000 véhicules en 30 minutes. Notons que l'équipe rassemble des personnes qui étaient là en 1995 lorsqu'il a fallu gérer 4200 voitures, auxquelles s'ajoutent les responsables de nombreux clubs Citroën et de la firme qui, eux-mêmes, ont déjà organisé des manifestations d'importance donc des experts en la matière.

 

Le coût :

Courant 2018, les chiffres s'affichent ou évoluent. Le budget prévisionnel s'élève à 1.650.000 € pour 5000 voitures espérées avec une inscription de 100€ par voiture (hors couchage). Je ne trahis là aucun secret, ces données sont disponibles sur le net (4). J'entends et je lis ici ou là que l'inscription est chère, qu'avec 4 personnes à bord plus le camping, le budget dépassera les 200 euros. Si je calcule bien, chaque voiture coûtera trois fois plus que son inscription. En effet il faudra sécuriser le site, prévoir des aménagements s'il pleut, construire des chapiteaux couverts, aménager un restaurant, transporter de nombreux prototypes, investir dans des calicots, du fléchage, du matériel publicitaire et surtout avancer tous ces fonds.   

 

Je lis quelques âneries du genre "Citroën n'aura pas à payer le site puisqu'il est à elle". Rappelons que le château et le parc de la Ferté Vidame dépendent du Conseil Général (5) et que lorsque l'on veut privatiser l'espace public, cela coûte toujours quelque chose. Donc soyons sérieux dans nos propos.

 

Ne dépensons-nous pas parfois 200 euros bien inutilement dans l'année ?

 

La participation :

A quelques semaines de la clôture des inscriptions (1er mai), je m'inquiète principalement de la fréquentation. Non pas de sa qualité, les citroënistes sauront taire leurs petites différences (et même leur esprit révolutionnaire) pour s'unir autour de leur marque préférée, dans la courtoisie et la bienveillance. Pourquoi feraient-ils cela d'abord ? Et bien parce qu'il n'y aura pas d'autre centenaire avant 100 ans et que dans 100 ans ce sera une autre génération qui y participera. Elle n'aura pas connu (ou pas connu quelqu'un-qui-aura-connu) les B10, C4, Rosalie, Traction, 2CV et dérivées, DS, SM, GS, CX, BX, AX, XM, Xantia. Il n'y aura plus aucun témoin. Si Citroën existe toujours, les participants de 2119 qui auront au plus 75 ans naitront au mieux en 2044 dans 25 ans. Et il faudra encore 25 ans pour qu'ils deviennent des passionnés comme nous, c'est-à-dire en 2069. Mettez-vous dans l'idée que dans 100 ans, le plus jeune des passionnés de 2018 sera mort. Le participant de 2119 se souviendra l'avoir connu passionné de Citroën AX. Alors que représentent 200 malheureux euros ? N'avons-nous pas envie de dire : "j'y étais" ? Moi si.

 

Je m'inquiète de la participation en quantité. J'essaie de faire fonctionner mon pauvre cerveau tant qu'il fonctionne. Alors : 5.000 véhicules présents ou moins ? J'ai relevé les numéros d'inscriptions et dates données sur tous les forums Citroën actifs. J'ai tracé la courbe de leur progression. Si le rythme se maintient, à cette allure, nous n'atteindrons guère plus de 2900 participants. Cela est cohérent avec les grandes manifestations qui ne dépassent plus ce chiffre (lire ici). C'est bien loin des 4200 présents en 1995 et problématique pour l'équilibre financier de l'association.

Centenaire5.jpg

En rouge la progression idéale, en dessous en bleu la progression actuelle des inscriptions

 

La communication :

Sur les réseaux sociaux, notamment facebook, le Centenaire a mis en place une curieuse communication : un sujet ou une Citroën par jour. Je reçois un mail sur le tourisme en Eure-et-Loir. Fort bien. Mais savent-ils que nous connaissons (presque) tout cela par coeur ? Ce n'est pas le grand public qu'il faut séduire mais les citroënistes, lesquels ont besoin d'une communication sur le programme alléchant.

Com Centenaire.jpg

 

Lire ici ce programme : https://citroencc.com/pdf/2018-10-14/PitchyBuzz--------------Programme-Synthese-programme-oct-2019-by-CELEBRATION-CENTENAIRE-CITROEN---100-ans---site-officiel-396.pdf?fbclid=IwAR0W-au-WNr9aHZKk1K0dl1vI9gs0_PchtVQp_Z3QDQgLqqH9Nl4eXk4jf4

 

La firme nous avait habitué au matraquage d'un slogan fort, qui frappe les mémoires. Cette diffusion en petits bouts est surprenant. A t-il fait son effet ? Je crains que non.

 

Citroën et le citroënisme :

D'autant qu'actuellement, je suis obligé de constater - avec tristesse - que les citroënistes sont en désamour avec leur marque fétiche.

 

- Citroën a arrêté l'hydraulique qui faisait sa particularité. Devant l'indignation générale (et une pétition), volte-face de la Marque, on remet sur le Cactus des "butées hydrauliques progressives". Personne n'est dupe de ce rattrapage. L'hydraulique pouvait peut-être encore faire des merveilles : cf. l'hydrostatique des années 70.

- Citroën convoque la DS 1955 pour sa nouvelle marque "DS Automobiles" voulue premium. Sauf que résident trois hiatus :

a) la DS n'était pas une voiture de luxe mais de moyen de gamme à grande diffusion (VGD : pour ceux qui l'aurait oublié ?). La SM était un coupé de luxe. "SM Automobiles" aurait été plus judicieux.

b) On isole la DS 1955 des autres modèles. Malheureusement les citroënistes ne veulent pas séparer les modèles emblématiques. Citroën séduit et éblouit par l'addition de modèles bizarres et innovants. Citroën est une marque généraliste. Les passionnés naviguent d'un modèle à l'autre en son sein.

c) Le slogan "Créative Technologie" correspond tout à fait à l'esprit de la marque. Seulement... il n'y a absolument aucune technologie avant-gardiste dans la pauvre marque "DS". Les modèles proposés conçus d'abord pour le marché chinois n'ont pour eux qu'un habillage torturé à base de chromes qui alourdissent la facture en cas de choc mais aucun montage ingénieux ou anticipateur. A moins de considérer que Citroën a réinventé la sellerie cuir, la led, le toit ouvrant ou le GPS ?

Cent2.jpg

Aucune avant garde technologique dans ces modèles mais beaucoup de marketing. Donc l'esprit seulement ?

 

d) Pour finir, les DS sont horriblement chères pour pas grand chose : par exemple la gamme DS3, petite voiture sans originalité sauf sa combinaison de couleur, démarre à 20.600€. La moitié de ce prix aurait été plus réaliste. Qu'achète t-on alors ? Du marketing. Mais manifestement je suis dans l'erreur d'appréciation puisque cette voiture a connu un grand succès.

 

Chez Citroën, il manque une révolution sur 4 roues à 10.000€ pour exister dans le coeur de la clientèle. Tandis que Citroën plafonne à 9% de parts de marché, les acheteurs potentiels investissent dans les modèles anciens au nom de l'esthétisme et du plaisir de la conduite retrouvés. Voilà qui devrait faire réfléchir... Ma vision de la marque est-elle si passéiste ? Le succès du coupé revival Peugeot e-Legend (ex. 504 électrifiée) tendrait à prouver que non.

 

J'ai essayé d'imaginer la Citroën du futur, un sujet pas si évident si l'on veut rester digne du Patrimoine technologique de la marque. Délirons un peu (ou pas) :

- design s'inspirant du règne animal ou aquatique (la Traction 1934, la DS 1955, la SM 1970 sont des oeuvres d'art sur roues, d'où l'engouement à les posséder).

- phares tournants

- phares intégrés à la carrosserie mais visibles du volant, servant de repères de gabarits (ils servent aussi à cela dans la 2CV et la Traction)

- suspension électrique en remplacement de l'hydraulique (on remplace la tuyauterie par des câbles avec prises plus faciles à changer)

- tenue de route associant confort et adhérence en toute circonstances

- transmission par 4 moteurs électriques modulables logés dans les roues, petit moteur thermique central 3-4CV économe en essence alimentant une dynamo (ou moteur électrique)

- habitacle à l'espace optimisé (plus de mécanique mais 4 gros câbles électriques dans les longerons, flexibles au bout), carrosserie à panneaux solaires

- pièces surdimensionnées permettant de rouler 200.000km sans entretien (sauf changement des fluides)

- vidange d'huile commandée par une poignée verrouillée par la clef de contact, vidange et changement des filtres ne devant pas excéder 15 minutes, ce qui évite de perdre un jour de congés pour entretenir sa voiture... Ah, Citroën n'avait pas pensé à ça !

- système vocal signalant toute panne de la crevaison à l'ampoule éteinte mais non contraignant pour rouler.

- pneus Michelin réparables par imprimante 3D (existent déjà) au profil permettant le tout-terrain

 

---> je vous laisse faire d'autres propositions !

 

Pour finir, les citroënistes, une fois encore, ne se sont pas concertés. Fin mai 2019, aura lieu la Nationale 2CV à Saint-Amand qui prévoit 2500 voitures. La convention a été signée le 14 avril 2018 en connaissance de cause (6). J'ai aussi noté la 23ème Mondiale 2CV en Croatie fin juillet 2019. Tout le monde ne pourra pas investir plusieurs fois dans sa passion en 2019. Notons des expositions dans les salons (Rétromobile, Reims, Rennes), un musée éphémère à Seclin en septembre. Cet éparpillement va t-il profiter ou nuire à cet anniversaire ?

 

Solutions possibles :

Pour séduire, il faudrait frapper fort. Voici quelques suggestions qui motiveraient encore plus à venir (n'hésitez pas à proposer les vôtres !) :

- communiquer différemment en répondant aux interrogations sur les forums et sur les réseaux sociaux

- organiser l'opération "un jour par domaine",

le 1er consacré au sport avec la venue de pilotes comme Sébastien LOEB et Pierre Lartigue, cela séduirait les jeunes

le 2ème consacré à la technique avec présence d'ingénieurs connus (par ex. la famille d'André Lefèbvre, etc.)

le 3ème réservé à l'Histoire avec la famille Citroën, Jacques Séguéla, la famille de M. Testemolle (7) etc.

- présence de nombreux concepts-cars et beaux prototypes conçus depuis 1995

- présence des Citroën présidentielles

- illuminations de la Tour Eiffel (j'ai les plans des éclairages et même la Tour)

- machine à tailler les chevrons (voir ici)

- présences des auteurs (dont Sylvie Schweitzer, Messieurs Borgé et Viasnoff, Serge Bellu, Fabien Sabatès, Antoine Demetz, Bertrand de Lamotte ; Olivier de Serres en faisant déjà partie)

- exposition des Citroën 22CV en cours de construction

 

J'espère par cette causerie "causer" un grand mouvement de motivation et de prise de conscience à quelques mois de la manifestation.

 

Je ne sais pas vous ; en ce qui me concerne, j'ai déjà réservé juillet 2019 pour fêter Citroën à la Ferté-Vidame.

Je vous laisse imaginer ce qu'aurait fait André Citroën pour cet anniversaire... !

 

Très cordialement

 

1 : André Citroën a été élevé au grade de Grand Officier de la Légion d'Honneur en janvier 1931.

2 : source Les Echos Entreprendre 2014.

3 : dixit "Le Citroën" du 1er juin 1929

4 : Forum Planète Citroën dont le choix de transparence est salutaire

5 : source Office de Tourisme de L'Orée du Perche appelé pour l'occasion

6 : source le Berry Républicain

7 : M. Testemolle est le premier acheteur de la 1ère Citroën, marchand de bestiaux habitant Beaulieu sur Dordogne le 4 juin 1919 (selon l'Almanach Citroën 1932).

 

1919-premièreCitroën red.jpgM. Testemolle au volant de la première Citroën



03/09/2018
11 Poster un commentaire

A dťcouvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 313 autres membres