Le blog de Jérome COLLIGNON

Le blog de Jérome COLLIGNON

Histoires de 22 et correctifs

PER2377red

 

Un journal Citroën s'intéressant à l'article de M. Thomas Drouart sur la 22CV (février 2020) me demande mon point de vue.

 

Me voici une fois de plus dans le mauvais rôle de critique, rôle fatigant qui m'oblige à revenir sur des terres cent fois labourées et non pas à défricher. Le confinement a bon dos...

 

Mauvais, cet article l'est. Sur le fond d'abord. Presque à chaque ligne, les erreurs, raccourcis, amalgames sont légions et font fi de 50 ans de recherches, découvertes, littérature sur le sujet. L'auteur a t-il lu en travers ou de travers ? Est-il trop passionné pour être féru d'authenticité historique ? La jeunesse n'absout pas de tout et surtout pas d'un travail minimum.

 

Sur la forme ensuite, l'auteur s'écoute écrire. En ceci, je veux dire que son style ménage des effets qui ne sont pas de nature à élever vers plus d'efficacité mais colle parfaitement à notre époque qui veut que lorsque c'est "enthousiasmement" publié, c'est nécessairement vrai.

 

Bien sûr, les lecteurs que des histoires intéressent plus que l'Histoire seront ravis par cet article. Pour les autres, je vous livre les nombreuses corrections à apporter. Les extraits du texte sont en italique.

 

Afin qu'internet soit meilleur…

 

 

**************************

 

Article page 1 : https://pdlv.fr/2020/02/09/incroyable-histoire-citroen-traction-22/

 

 

La marque aux chevrons a rapidement recourt au fordisme pour optimiser et accroître la production

Non la marque créée en 1919 devra attendre 1927 et l'œuvre d'Ernest Mattern (passé ensuite chez Peugeot) pour intégrer totalement l'OST dans les usines.

 

Cela se fait au détriment des bénéfices qui s’avèrent bien moindres que prévu,

En 1929-1930, période citée dans le texte, avec les C4/C6, la firme est au sommet de ses bénéfices !

 

En décembre 1934, Le salaire des employés diminue

Non, c'est suite au conseil d'administration exceptionnel du 23 novembre qu'André Citroën annonce personnellement la diminution des salaires

 

en calmant les folles envies du créateur

Citroën n'a pas de folles envies. Il suit un plan de développement industriel approuvé par son conseil, en l'occurrence juste la diffusion des 7/11/22 (pas de Croisières ou autres publicités)

 

Mors : André Citroën y installera une usine de fabrication d’obus jusqu’en 1918

Non. Comme d'autres (Renault, Schneider, etc.), Mors fabriquera du matériel militaire mais Citroën créera dès mars 1915 quai de Javel une usine nouvelle pour fabriquer des obus. L'auteur n'a pas regardé le plan de Paris…

 

Une ligne de chemin de fer circule d’ailleurs au cœur de l’usine, entre les différents ateliers, ce qui compliquera son développement.

N'importe quoi : une ligne de chemin de fer est plutôt un avantage. Elle passe d'ailleurs devant le quai de javel, le long des quais avec un embranchement vers les usines et Citroën aménage ses plans au mieux.

 

L’usine de Javel est intégralement reconstruite, suivant le modèle américain.

Quel exemple de "modèle américain" ? Les critères de construction des établissements modernes des années Trente sont : Espace, Lumière, Hygiène, Standardisation.

 

7 et 11 : Ces deux modèles illustrent parfaitement le savoir-faire à la française en matière d’automobile de luxe

Machines efficaces produites en série, la 7 est un modèle de base, non de luxe. Quant à la 11,  elle est une version plus spacieuse avec un moteur plus poussif.

 

Sur le stand, une familiale noire

Rien ne prouve qu'elle soit noire…

 

V8 qui n’est autre que l’assemblage de deux quatre-cylindres de Traction 11

Les bêtises qu'on peut lire… C'est évidemment un moteur nouveau avec nouvelle architecture (chaînes, culasses, carburateur, etc.)

 

Certains clients passent même commande,

Aucun client ne commandera jamais de 22

 

Le premier constructeur à déposer un brevet fut Tracta

Le premier véhicule à traction avant est le fardier de Cugnot en… 1771 !

 

dont une place de l’Europe pour pallier le manque de place sur le stand

Citroën connait la superficie de son stand depuis un certain nombre d'années. Les constructeurs ont l'habitude d'exposer dans leurs vitrines les modèles du salon !

 

en attendant que le projet 2CV ne se concrétise.

La 2CV ne démarre qu'en 1935-36. Lors du salon 1934, elle n'est pas imaginée.

 

Des grilles latérales prennent place sur le tour du moteur afin de refroidir plus efficacement le moteur V8

Des grilles ?? Des volets de capots comme sur les 7 et 11

 

À l’arrière, nous pouvons apercevoir un logo « 22 » chromé,

Ce logo, option d'époque est peint en blanc…

 

Cabriolet (…) spider, une partie déployable à l’arrière s’ouvrant sur deux sièges.

Il y a toujours eu une banquette à l'arrière dans le spider.

 

La carrosserie Roadster n’aurait pas été proposée avec le moteur V8.

Sans blague ???

 

Car chez Citroën, rien n’est simple.

Au contraire, c'est la seule marque à proposer des catalogues de pièces détachées et une nomenclature.

 

6 moteurs V8 sont officiellement référencés, allant de 008.361 à 008.366. Deux autres portant les références 233 et 234 auraient existé.

Les numéros 233 et 234 sont des numéros d'essais et non de moteurs (une erreur de recopiage). Pour moi, il y a eu une dizaine de 22 produites, guère plus et sans doute même moins. Article à paraître un jour...

 

la Traction 22 a nécessité de revoir le châssis en profondeur de la Traction 11.

Pas de châssis dans une Traction Citroën…

 

Aussi étonnant que cela puisse paraître, le V8 Ford, affichait 21 chevaux fiscaux… Nous sommes bien loin des 100 chevaux annoncés.

L'auteur confond puissance fiscale (22cv) et puissance réelle (100ch)…

 

Tout est alors assez artisanal, aussi bien les pièces de carrosserie spécifiques aux 22 que la mise en place du moteur et de ses renforts. Le passage aux Mines, bien qu’il ait été effectué le 5 octobre 1934

Si Citroën présentait sa voiture au service des Mines, c'est qu'au contraire elle était une voiture industrialisable et non artisanale…

 

nouveau circuit de refroidissement, système d’échappement plus imposant

Invention. Aucune modification sur ces mécanismes.

 

Des commandes sont prises par des particuliers intéressés,

NON !

 

Peu de temps avant l’ouverture du Salon, trois prototypes expérimentaux s’aventurent dans les Alpes

NON, la photo date de 1935, reprise des essais

 

avec une masse totale proche de 1,2 tonne

D'après mes calculs, elles approchaient plutôt les 1.4 T

 

et il y a un manque de rigidité.

Faux. Affirmation sans preuve.

 

Malgré de nombreux renforts au niveau des trains roulants

Faux : lesquels ?

 

D’ailleurs, des cas ont été recensés où les portes avant s’ouvraient toutes seules en roulant !

Non, ça c'était pour le lancement de la 7 en avril 1934…

 

la consommation est excessive, le freinage manque d’endurance

Faux : affirmation sans preuve historique. Quant à la consommation, le V8 consomme 16-18L aux 100km, conforme à l'époque.

 

une boîte de vitesse manuelle à trois rapports seulement (dont deux sont synchronisés), qui manque d’allonge et qui ne permet pas d’exploiter pleinement la voiture.

Faux : affirmation sans preuve

 

Précisons aussi que l’abaissement du centre de gravité modifie inéluctablement le comportement routier et il est possible que le châssis ne soit pas suffisamment étudié en conséquence

Quel rapport entre le centre de gravité et un "châssis" mal étudié ?

 

Citroën avait aussi commandé des boîtes semi-automatiques Sensaud de Lavaud pour la 22… Mais des problèmes de fiabilité sur ces dernières ont avorté le projet.

Faux : plutôt un manque de motivation dans ce choix. Il s'agit de convertisseurs de couple et Sensaud de Lavaud a bien fourni des turbines type 22.

 

Les différentes expérimentations (et rafistolages) n’étaient pas concluantes.

Au contraire : on s'approchait de la commercialisation. Hélas...

 

Les journalistes souhaitaient légitimement tester la Traction 22. Certains ont pu le faire, des clients aussi. S’agissait-il d’exemplaires équipés du V8 Citroën ou bien du V8 Ford ? Nous ne le saurons certainement jamais.

Imaginez la tête d'un journaliste à qui Citroën dirait : on vous fait essayer la voiture mais le moteur est un Ford !

 

Soit la Traction 22 entre en production sous peu pour tenir ses engagements (car une dizaine de voiture aurait été commandée)… Soit il faut avorter le projet…

Aucune 22 commandée et le projet durera au moins jusqu'en 1936…

 

Les essais se poursuivent tout au long de l’année et les 150 km/h auraient été atteints sur un prototype

Affirmation sans preuve. Les voitures ont atteint 133km/h maxi donc même pas les 140km/h annoncés.

 

Officieusement, Michelin, qui a racheté Citroën, aurait mis en place un plan d’austérité particulièrement sévère visant à limiter les dépenses

J'ai montré que non dans mon article dont l'auteur s'est par ailleurs largement inspiré pour réinventer des mystères et des interrogations surprenantes. Ne se relisant pas, il parvient même à se contredire. Lire mon article ici : La 22CV 1934 : derrière le 8

 

L’image dégagée est très forte mais la voiture manque cruellement de standardisation.

Drouart n'a rien compris. C'est l'inverse qui s'est produit. La création de la 22 a entraîné la standardisation avec les autres modèles. Elle a été fondue dans les autres modèles, les inspirant.

 

C’est ainsi qu’un moteur 6-cylindres, plus homogène et ne nécessitant pas (autant) de lourdes modifications est élaboré.

Le 6 cylindres est une étude entièrement nouvelle avec de sacrées modifications !

 

 

**************************

 

Article page 2 : https://pdlv.fr/2020/02/09/incroyable-histoire-citroen-traction-22-2/

 

la Traction 22 est vouée à l’échec et qu’elle s’apparente à un gouffre financier, à un puits sans fond.

Certainement pas. Les finances retrouvées par un report des dettes colossales, on poursuit le programme d'André Citroën. On remet de l'argent dans la 22 puis dans la 15 et la 2CV.

 

Il est assez probable que dès février 1935, un premier lot de Traction 22 soit retiré de la circulation

C'est justement à cette date qu'elles reprennent leurs essais…

 

transformées en Traction 11A. Elles sont alors revendues à du personnel de chez Ford.

Où l'auteur est-il allé pêcher une telle ânerie ?

 

Lucien Rosengart, fondateur de la marque éponyme, aurait racheté deux V8 Citroën pour les placer dans des Supertraction.

Il faut que je compulse mes archives…

 

Je m’interroge aussi beaucoup sur l’existence de ce modèle, qui aurait été réalisé sous la forme d’un unique prototype. Parmi les preuves de l’existence de ce modèle, un numéro de moteur ressort, portant la référence 008.360.

Pour ma part je ne me suis jamais interrogé. A preuve du contraire, il s'agit d'un canular dont tous les éléments ont mystérieusement disparus (coordonnées du certain Alexandre à l'origine de cette trouvaille).

 

Sur cette photo (ci-dessus) présentant trois Traction à moteur V8 dans les Alpes, nous pouvons remarquer que la première dispose de deux trappes d’auvent.

De la modération sur cette ombre, ce simple trait sur une photo : il peut s'agir de tout autre chose. J'explique ici comment j'ai retrouvé un des descendants de M. Hilsum essayeur.

Rédaction d'articles dans la presse

 

Il est malheureusement impossible de créditer l’auteur tant ces documents circulent sur la toile…

Il s'agit de notices d'usines ou d'articles de presse...

 

Bouwe De Boer a longtemps étudié la Traction 22 jusqu’à faire le tour du sujet.

Absolument. J'ai vu les photos d'un moteur 22 reconstitué avec ses culasses et son carburateur prêt à équiper les 3 ou 4 répliques de 22, c'est bluffant.

 

Cette photographie, d’un bus disposant d’une calandre de Citroën Traction et de phares de Traction 22

Il s'agit d'une calandre d'autocar type 45 et c'est d'ailleurs précisé un peu après.

 

En revanche, le design des ailes avant laisse clairement penser qu’il s’agit des ailes d’une Traction 22. Les roues de ce bus, en 20 pouces, ne permettraient pas d’intégrer directement les fameuses ailes.

On ne sait pas comment les ailes ont été retravaillées, si elles proviennent d'une 22 ou pas et comment le mécanisme des phares encastrés a été adapté : je pose l'hypothèse d'une découpe de la tôle d'appui de l'enjoliveur, on voit nettement sur la photo la collerette plus large que sur la 22. La place laissée à la transmission avant est large. Voir : La 22CV 1934 : "porte de phare"

 

Mais si une Traction 22 venait à être retrouvée, il y a malheureusement peu de chance qu’elle contienne tout ses accessoires d’origine, à l’image de ce joli compteur…

Au contraire, à moins d'avoir été cannibalisée par un collectionneur, il y a tout lieu que ce genre d'équipement interne soit encore en place…

 

D'autres correctifs ici :

Histoire, rumeurs et correctifs

 



14/10/2021
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 372 autres membres