Le blog de Jérome COLLIGNON

Le blog de Jérome COLLIGNON

La 22CV 1934 : "porte de phare"

Ecrire un ouvrage requiert du temps, que l’auteur n’a pas toujours. Du temps pour vérifier ses sources, peaufiner ses recherches, apporter le petit « plus » qui permet de comprendre les décisions. La Citroën 22CV a été étudiée dans un ouvrage* mais hélas pas à fond du point de vue technique et montages industriels. Mon blog est là pour revenir sur les sujets trop survolés à mon goût de passionné d’histoire. Vous allez voir qu’il y a encore à dire sur cette auto, plus de 80 ans après sa sortie.

 

On lit ou on entend parler depuis 1967 de la "porte" de phare de la 22. C'est comme, nous allons le voir, une appellation erronée.

LucienLoreille.jpg PB010017ret.jpg
Lucien Loreille, collectionneur lyonnais tenant en 1975 l'unique porte de phare survivante
(in La Traction de MM. Borgé et Viasnoff édition Balland)

 

La mode de l'aérodynamisme :

Lors de ma conférence de la Ferté Vidame, j'ai montré que le principe de phare encastré s’est imposé dès lors qu’est apparue la mode de l’aérodynamisme. Chez Citroën, l’aérodynamisme, abordé scientifiquement, doit servir le progrès, c’est-à-dire le rendement mécanique, l’économie d’usage et d’entretien. Voilà pourquoi à Javel, point de décoratif superflu mais de la méthode. C'est donc un peu trahir son esprit que de céder à la mode de l'ornementation. Passons.

 

La 22CV était donnée pour filer à 140km/h. Le bureau d’études s’est aperçu qu’à ces hautes vitesses, les phares obus à glaces plates de la 11CV offraient une résistance à l’avancement. Je l’ai testé, à 100Km/h, les phares de ma Traction commençaient à vibrer. Pour ce haut de gamme, les ingénieurs ont eu l’idée d’encastrer les phares dans les ailes. Carte blanche fut donnée au styliste Flaminio Bertoni pour imaginer une face avant différente mais s’incluant dans une continuité de montage.

 

Que fait l’ingénieur ? Avant de créer, il regarde autour de lui les réalisations existantes : l’Amérique bien sûr dont l’influence se fait sentir à chaque instant dans les bureaux de Javel - par exemple la Hupmobile Aérodynamic 1933 - mais également toutes les tentatives de confrères dont la Chenard et Walcker Mistral qui a fait sensation au salon de 1933. Il semble que la dernière Chrysler sortie début 1934 puisse être considérée comme la référence d'autant que Citroën et Chrysler sont partenaires industriels.

 

530 Hupmobile red.jpg Hupmobile-1034-alden-jewel.jpg
Hupmobile Aérodynamic 1933

 

524 Mistral red.jpg PB010037red.jpg
Etude de style Chenard et Walcker Mistral, grand succès du salon 1933 (oubliée aujourd'hui...)

A droite sa plaquette (rare) alléchante : moteur V8, roues avant indépendantes, 8 vitesses

 

533.jpg 536 22 vue de face proto red.jpg
Chrysler Airflow 1934 versus Citroën 22CV à traction avant

 

Première maquette pour une gamme harmonieuse :

Une glace ovale bombée cachant un phare de 220mm surmontant un motif en forme de coeur cachant le klaxon est retenu après de nombreuses études (dévoilées dans l’ouvrage précité*). La 22, dernier modèle dessiné, devait en principe s'inspirer des précédents sortis. Ici un double mouvement s’opère entre les 7, 11 et la 22 qui inspire et s’inspire dans une refonte de la gamme.

22 proto.jpg

 

Pour le Salon d’octobre 1934, tout est harmonieusement pensé.

La 7 comporte une calandre 24 barres, pointue en haut et en bas, pas de jonc d’aile, ni de moulure de capot, de petits phares 200 mm et des klaxons dans les ailes.

La 11 comporte une calandre 26 barres, pointue en bas, galbée en haut, un jonc d’aile boulonné, une petite moulure de capot, de grands phares 220 mm et des klaxons dans les ailes.

La 22 sera dotée d’une calandre large à 28 barres, arrondie en haut et en bas (donc intégralement aérodynamique), d’un jonc d’aile soudé, d’une longue moulure de capot, de grands phares 220 mm encastrés avec klaxons intégrés.

Les flammes décoratives des roadsters s'allongeront sur la 22. Cette dernière en qualité de haut de gamme bénéficiera de l’intégralité du nuancier : bicolore avec ailes noires, tricolore, unicolore avec tableau de bord peint en faux bois.

 

Appellation et caractéristiques :

Avant d'encastrer cette pièce détachée dans l'aile, encore faut-il en connaître les caractéristiques.

Commençons par son appellation. Le mot phare n'est guère usité à l'époque. Le phare, c'est la tour qui guide les marins ! Ouvrages et publicités nomment cette pièce "Projecteur" comme un projecteur de cinéma. Les marques connues sont peu nombreuses : Cibié, Ducellier, Marchal, Magondeaux, Bosch, Auteroche et Renault qui fabrique ses pièces. 

PB010024ret.jpg  PB010025red.jpg

Existe t-il une nomenclature autre que des références fabricants ? Oui, l'agrément AB TP qui signifie :

TP = Travaux Publics / A = Feux de route (pleins phares) / B = Feux de croisement / AB = Feux mixtes associant feux de route et feux de croisement (ampoules à deux filaments)

 

J'ai tenté un recensement de la classe "ABTP" valable pour projecteurs et ampoules. Il sera complété au fur et à mesure de mes trouvailles.

n° ABTP / marque / diamètre (mm) / type voiture / date

275 / Marchal

285 / Cibié / 243 / Panhard 6CS / 1933-1934

286 / Cibié / 200 / Citroën 7A, B, S / avril - août 1934

287 / Cibié / 220 / ?

288 / ampoule Granilux-Yvel

290 / Ducellier / 200 / Citroën 7A, B, S / avril - août 1934

293 / BAC / 200 / ?

295 / Marchal / 240 / ?

298 / Marchal / 200 / Citroën 7C, 11AL / septembre 34 - 1935

299 / Marchal / 220 / Citroën 11A / septembre 34 - 1935

-------

304 / Philips / ampoule Super Duplolux / fin 1933

305 / Mazda / ampoule Galba

307 / Ducellier / 200

309 / Ducellier SE4 / 200 /

310 à 313 / ampoules

314 / Marchal / 260 /

-------

345 / Marchal / ? / projecteur à glace bombée mi 1935

346 / Marchal / 200 /

 

PA240005red.jpg P8180008red.jpg PA240002red.jpg PA180524red.jpg
Les projecteurs Cibié ABTP 287 / Marchal ABTP 295 peu courant sur les routes / Ducellier ABTP 307 (glace striée ici montée à l'envers) / Cibié 349Z à glace convexe.

 

Le marquage ABTP est soit sur le porte ampoule, soit sur le réflecteur s'il existe, soit imprimé ou moulé sur le verre. Concernant les projecteurs de la 22CV, les témoignages évoquent la marque Cibié. Sur les phares obus Cibié, les types "Luxe" sont tous à glace striée avec contrôleur d'éclairage au moyen d'un petit cristal vert au sommet. La 22 comporte une flamme décorative supérieure d'aile. Est-elle lumineuse ?

P1070031red.jpg P1070030red.jpg

Ampoules agréées ABTP 304 et 305

 

Le mécanisme du phare :

Revenons à notre styliste qui connait désormais les gabarits du projecteur. Les ingénieurs vont se charger de traduire son modelage en mécanique facile à fabriquer, comprendre, réparer… à un coût raisonnable. L’emboutissage de l’aile avant est modifié pour plusieurs raisons. La longueur d’abord : la nouvelle aile doit accompagner le capot qui masque une mécanique V8 plus longue de 60mm. Comme la 11, l’aile doit être formée pour accueillir un espace destiné à accueillir la fixation du phare et comporter un jonc soudé la raccrochant à la coque. La parabole du phare ne pourra pas être fixée directement sous l’aile : un espace non comblé apparaitrait vers l’avant. On opte alors pour un boitier orientable, une sorte de coquille qui accueillera la parabole et sera réglable en inclinaison et profondeur.

Phare22p  red.jpg Phare22p2  red.jpg Phare22red.jpg Phare22-2red.jpg Phare22-3red.jpg

L’ouvrage* présente un plan qui n’a pas été étudié. Je l'ai quelque peu nettoyé pour une meilleure visibilité des éléments (manquent la parabole de phare et le klaxon) :       

999-526 bleu phare ret1.jpg  537ret.jpg

 

On voit nettement (flèches vertes) un enjoliveur recouvrant un verre. Derrière, un boitier d'étanchéité fixé-réglable au moyen de 3 vis et ressorts, une vis "A" en haut (inclinaison verticale du faisceau) et de deux vis latérales "B" (orientation gauche droite du faisceau). Ce boitier accueille la parabole de phare (ici effacée). En bas (flèche orange) le dessin insiste sur une patte de renfort qui relie l'aile au support de parechoc au moyen d'un boulonnage et qui encadre la fixation du klaxon. Récapitulons l’ordre de montage : cerclage chromé serrant le verre sur l’enjoliveur lequel habille les trous pratiqués dans les ailes. Derrière l’aile, un boitier orientable à l'intérieur duquel est serré le projecteur argenté contenant ampoule et veilleuse. Le klaxon est boulonné par l'arrière. A noter que dans d'autres voitures, c'est le phare qui est orientable dans le boitier (Ford 1937).

 

Puisque le phare est indépendant dans l'aile, au lieu de parler de porte de phare depuis 1975, ne conviendrait-il pas de parler de "grille de klaxon", de "support du verre" ou plus simplement "d'enjoliveur de phare" ?

 

Quelles parties sont fabriquées par Cibié qui, habituellement, livre des phares complets, c'est-à-dire une parabole argentée avec porte ampoule, un obus chromé, un verre, des agrafes et une couronne chromée ? Pour la 22, les pièces sont sans doute livrées séparées. L'enjoliveur de phare ne serait-il pas une pièce Citroën ? En effet, il fait partie des éléments de carrosserie telle que la grille de klaxon des 11. Il est peint et chromé ce qui suppose un traitement de reprise en usine. Alors que sur les 11, les agrafes tiennent le verre sur la couronne articulée de l'obus, sur la 22, la grille est pincée entre la couronne chromée et le verre au moyen des agrafes. Pourquoi ? Parce que cette grille est articulée, peut être soulevée pour accéder au phare.

999-526 bleu phare ret2.jpg

L'articulation de l'enjoliveur de phare (axe visible sous la flèche orange)

 

La vue latérale ci-dessous retouchée donne une idée des gabarits : pas de place perdue !

529 ret.jpg

 

Pour résumer, la grille d'enjoliveur est fixé en haut par un axe puisqu'elle est articulée. En bas, elle est serrée contre l'aile par 3 vis de part et d'autre du klaxon.

537ret2.jpg

 

Notre hypothèse de 2010 incluait un joint d'étanchéité entre grille et aile mais le bleu d'usine ci-dessus n'en indique pas :

- ou l'ajustage parfait des pièces empêche la poussière d'entrer dans le boitier orientable sous la grille enjoliveur et donc dans la parabole.

- ou la parabole Cibié (n°2) comporte un verre scellé transparent comme un projecteur normal, lui-même protégé par le 2ème verre bombé (n°4).

 

Connaissant la chasse au poids menée par Citroën, la 1ère hypothèse a notre préférence. On comprend mieux la réticence de la société Michelin repreneuse de Citroën, pour les phares encastrés. Lors d'un accident, c'est le bout de l'aile qui cogne en premier, le phare est alors déréglé et ce sont de coûteuses réparations en carrosserie pour remettre en ordre ces petits mécanismes guère faciles d'accès. Le client aurait été perdant dans l'opération.

 

Au vu de notre recensement quelle référence AB TP pour ce projecteur ? Il semble peu probable que le projecteur soit d'un modèle identique à la 11. On imagine mal un projecteur Marchal AB TP 299 recouvert par une glace Cibié.

 

Le projecteur est donc ou un Cibié déjà homologué (mais lequel ?) ou un Cibié avec verre bombé strié d'un nouveau type ayant reçu un agrément compris entre AB TP 300 et 303 + 308. J'ai gardé en mémoire la découverte d'un projecteur en 200mm en ABTP 306 (non inclus dans la liste car sans preuve) ce qui resserre les recherches...

 

Obligatoirement le mécanisme de ce phare a fait l’objet de schémas dans la notice d’entretien de la 22, ainsi que dans la nomenclature de pièces Citroën. Nous avons fait reproduire le schéma technique par Alain Lassalle, designer ayant travaillé chez Citroën à l'époque de la CX.

 

Dessin phare ALassalle red.jpg
Dans l'ordre par n° de droite à gauche : 1-boitier orientable, 2-parabole de phare (projecteur), 3-grille enjoliveur, 4-verre bombé strié, 5-couronne de fixation chromée.

Notre hypothèse différente en 2010, explique pourquoi les pièces ne sont pas dessinées dans l'ordre : la couronne 5 fixe le verre 4 sur la grille 3.

© 2010-2015


additif du 07/01/16 :

Pour terminer corrigeons une réflexion des auteurs (texte et dessins inédits à venir...).

 

 

Le renfort d’aile :

Mais ce n'est pas tout ! Les auteurs du livre précité* sont passés à côté d’une information d’importance.

Le premier rendez-vous avec les Mines fait état d’une fixation insuffisante de l’aile et du phare (cf. page 79). Du fait de la lourdeur de l'aile, le phare vibre à nouveau et l'ingénieur des Mines convoque le prototype pour une seconde visite. J'ai montré dans la revue Traction avant n°50 de juin 2001 que les auteurs n'avaient pas mentionné donc pas compris l'importance de ces vibrations : le faisceau d'éclairage instable risquait d'éblouir sur routes. Le Quai de Javel propose aux Mines pour la série, l'adjonction d'un renfort entre l'aile et le support de pare chocs et se fend du bleu d'usine vu au-dessus. C'est toute l'importance de ce schéma !

 

Alain Lassalle a redessiné l'assemblage des ailes avant.

Dessin aile ALassalle red.jpg

Dessin d'assemblage de l'aile avant comprenant aile 1, aile intermédiaire 2, joue d'aile sur jambonneau, renfort sous l'aile (manque ici le renfort sur pare-choc).

© 2010-2015

 

En reprenant les photos d'époque de la 22, j'ai montré que l'on pouvait dater certaines photos prises avant ou après cette transformation :

548 22 cab Salon red.jpg 552 22 cab Salon ret.jpg 550 Lim red.jpg 550 Lim red ret.jpg
A gauche le roadster exposé au salon de l'Automobile (début 10/34) : pas de renfort, support classique de pare choc type 11CV.

A droite la limousine dans la cour de l'usine (courant 10/34) : renfort d'aile boulonné selon modification demandée.

 

On peut dire qu'après le 13 octobre 1934, date du plan, toutes les 22 seront modifiées.

 

Connaissant bien l'intelligence de la logique Citroën, il me restait à examiner une 15/6. Comme toutes les problématiques Citroën m'accompagnent en permanence, au cours de ma promenade à Rétromobile 2015, je me suis glissé sous les jupes du roadster 15/6 rouge à vendre et connu des citroënistes depuis 1975. J'y ai découvert avec connivence un renfort de fixation identique à la 22. Ce renfort n'a pas été retrouvé sur les deux autres roadsters 15/6 (vert et beige) information confirmée par le carrossier qui les a reçus dans son atelier.

P2080241red.jpg

 

Autres projecteurs encastrés chez Citroën :

Le thème du phare encastré ne fut pas une étude isolée. Citroën testait tout. Témoin, cette photo que l'on peut dater de l'été 1934 présente une 7C munie de phares incorporés dans les ailes. Réalisation d'usine ? Accessoiriste venu faire une présentation ? L'immatriculation fait partie de celle de l'usine.

523 Traction 7C 34 red.jpg

 

Un accessoiriste est bien connu (parmi d'autres) avec une voiture survivante.

PB010035red.jpg

 

 

Montages d'autres marques :

Je vous présente d'autres modèles ayant comporté des phares encastrés après la sortie de la 22 (liste non exhaustive) :

 

La Panhard Dynamic 1936

P8290395ret.jpg P8290389red.jpg P7230880red.jpg P7230881red.jpg

L'enjoliveur de phare se rabat pour permettre un réglage en 2 points. La grille en zamak est d'une fragilité déprimante pour un collectionneur.

 

La Skoda Popular Sport de 1937 :

P2080283red.jpg P2080229red.jpg P2080230red.jpg
La grille de phare se détache en 1 et se soulève en 2 pour accéder au phare et à son ampoule. Le mécanisme de réglage n'est pas visible.

 

La Renault  Viva Grand Sport 1938

P7220689red.jpg P7220688red.jpg

 

D'autres montages Citroën :

L'autocar Mignal.

Autocar_Mignal_phares_22_CV_c_v_v.jpg

 

Le V8 semble avoir été prévu pour être monté dans des autocars et poids lourds ce qui aurait rentabilisé sa production. Le 6 cylindres de la 15 l'a largement remplacé. Après le renvoi aux oubliettes de la 22 (lire ici ) cet autocar a pu bénéficier de pièces détachées éparses. Non, tout n'a pas été jeté ! Ce qui serait étonnant dans une société commerciale comme Citroën.

 

Les péripéties du roadster Schwab :

7897_215703498595208_226003295_n.jpg

La voiture ci-dessus comporte bien un jeu de phares de 22 dont on aurait conservé la partie supérieure en supprimant la grille de klaxon et l'embouti en creux de liaison avec le jonc intermédiaire. Les cimiers d'ailes sont uniques à la 22 et on les retrouve ici de même que le galbe de dôme. Comment alors retrouverait-on ces pièces redevenues "normales" sur des ailes montées sur une berline ? Deux hypothèses : ou bien M. Schwab a bénéficié d'un 2ème jeu d'ailes de 22 ou bien les pièces accidentées de la berline lui ont été restituées pour refaire les ailes avant de son cabriolet (1er ou 2ème).

 

* La 22, enquête sur une mystérieuse Citroën par MM. Hervé Laronde et Fabien Sabatès éditions Rétroviseur 1994



01/11/2015
19 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 312 autres membres