Le blog de Jérome COLLIGNON

Le blog de Jérome COLLIGNON

Le Musée idéal

Imaginons que je dispose d’un budget illimité et de toutes les autorisations administratives et privées. Voici ce que je ferais : un Musée Idéal de la Traction. Je le parcourrais tous les jours comme André Citroën parcourrait inlassablement ses usines. Florilège d’idées revues et augmentées :

 

Des salles par thème didactiques et reconnaissables par couleur (reprises sur dépliants) : une salle bleue, verte, jaune, à damier blanc et noir, etc. Sol en moquette spéciale passages fréquents puis en carrelage blanc et noir comme dans les concessions Citroën d'avant guerre. Ne pas hésiter dans certaines salles à faire dans le surréalisme pour étonner et faire dire ensuite : "je n'en ai pas vu la moitié tellement il y a de détails à voir".

 

Des billets d'entrée reprenant la silhouette d'une Traction.

 

 

Salle Pommier ou Louÿs (commerce et publicité) 

 

Des vitrines avec des reproductions de tous les catalogues avec une étude de l'évolution du message commercial de Citroën de 1934 à 1957 (Forest et Slough y compris). Un bouquin compilation est sorti sur ce thème mais sans étude sérieuse.

 

Aux murs, photos géantes de Javel ou du calendrier 1935, nombreux drapés, photos jardins de Versailles comme dans le magasin de l’Europe.

 

Exposer une mappemonde d'un mètre de diamètre avec une piste sur l'équateur et petite traction tournant sans arrêt (voir circuit électrique de notre enfance).

 

Pourquoi ne pas ouvrir au public un circuit électrique avec des Tractions Jouef créées spécialement ?

 

Tour Eiffel de 3 mètres de haut avec les chiffres 7/11/22 clignotants alternant avec les décorations comètes / étoiles / l'horloge / le thermomètre. Exposer la grande horloge électrique du Quai de Javel de marque Lepaute (elle existe toujours).

 

Exposition des ouvrages existant sur Traction et épuisés (vente à la sortie de ceux disponibles en plus de miniatures récentes). Organiser des séances de dédicaces régulières.

 

 

Salle Sainturat (technique) :

 

Une salle reprenant les arguments techniques : train avant fixé par 4 boulons détachable en 15min, soupapes en tête (couvre culasse en verre sur moteur éclaté et mis en mouvement lent, cet objet existe déjà). Exposer une voiture découpée en deux comme en 1934. Exposer un moteur et une boîte éclatés. Faire comprendre les avantages de la monocoque en exposant des éléments de monocoque (ou units) non assemblés mais présentés l'un en face de l'autre et s'assemblant lentement avec fausses étincelles (cela doit impressionner par le gigantisme). Si la place existe, refaire un montage partiel sur chaînes (nécessite au moins 5 voitures) ou bien le faire au 1/43ème.

 

Exposer côte à côte une 7 et une Rosalie pour montrer l’évolution d’un modèle à l’autre.

 

Exposer une 7 à laquelle on aura fait subir le test de la falaise (hem, seul endroit où je l'accepte…). Expliquer qu'à l'opposé, la DS a été conçue pour exploser et qu'aujourd'hui les voitures sont conçues pour plier de façon contrôlée.

 

En projection : tous les films sur Traction (dont Autopolis) et les films modernes (dont LVA, Sevendoc, etc.), ajouter diaporama sur la construction des Usines de Javel en 1933 et destruction en 1983.

 

Tenue de route : film projeté sur totalité de mur avec Traction filmée de face prenant un virage (expliquer le déport et le début de la réflexion de Citroën sur les liaisons au sol).

 

Sur carrousel, plusieurs types de cardans en mouvement, montrer les différents angles d'utilisation et expliquer leur fonctionnement (voir musée de la Sarthe au Mans).

 

Traction avant : historique du principe depuis la flèche jusqu’au fardier de Cugnot. Insister sur les avantages (survirage, rapports poids puissance, etc.).

 

Aérodynamisme : exposer des maquettes avec projection au lait de chaux, une Traction penchée à 45° pour montrer le plancher plat. Faire voir une voiture sur plateau tournant et surélevé : la Traction a été modelée sur chevalet donc à niveau d'œil, c'est ainsi qu'elle est la plus belle, lorsqu'elle surgit dans le rétroviseur en avalant la route. Voici pourquoi je prends désormais toutes mes photos accroupi.

 

Se faire prêter tous les gadgets, accessoires anciens et modernes réalisés à partir du thème traction (cendriers, porte clefs, miniatures, BD, jouets Citroën, refaire diorama type Galeries Lafayette, refaire maquette type train électrique avec plein de tractions qui circulent dans une ville au 1/43ème, etc.)

 

 

Salle Lefebvre (Evolution)

 

Exposer différents modèles de Traction d'origine mais pas trop (le mieux est de les voir rouler), par exemple des curiosités, traction bicéphale, taxi ou à gazogène, break hollandais, 15.6 F, barquette DB, présidentielle. Cela fera un garage pour des collectionneurs régionaux qui n'en ont pas.

 

Exposer la maquette en plâtre d'un avant de 22 à l'échelle 1 ainsi qu'un moteur V8 Ford sur socle dans la reconstitution d'un bureau d'études à l'ancienne.

 

Equipement : exposer des intérieurs de Traction avec les différents tissus et expliquer par exemple le choix de Tubauto. Exposer des pièces partiellement cuivrées, nickelées chromées.

 

Laisser une traction sans protection pour permettre aux petits et grands de TOUCHER les rondeurs de cette voiture et de s'installer à l'intérieur (panneau : "vous pouvez toucher").

 

Exposer une Traction repeinte dans toutes les teintes connues par bandes de 10cm et par millésime avec mention de l'année. Se mettre en rapport avec une société de peinture et proposer la refabrication de teintes avec composants modernes. Eventuellement travailler avec un carrossier connu, proposer un atelier vivant de refabrication de pièces ou une restauration in situ.

 

Prévoir sur micro films ou autre support consultable la compilation de tous les catalogues techniques afin d'avoir les caractéristiques des pièces.

 

Proposer en face les pièces remplaçantes et dire comment les monter (le comparatif des pièces communes aux Traction, DS et HY n’a jamais été fait : mais que font les clubs ??).

 

Refabrication : faire la promo de pièces refabriquées, se faire sponsoriser par Koni, SKF, etc…. comparer pièces neuves et usées validées par huissier : par exemple, "cette pièce a fait 100.000km".

 

Carte avec le réseau Bed and breakfeast. A côté comparatif avec le "Réseau d'Amis" 1934.

 

 

Salle Schwab (expositions éphémères)

 

Nationale 7 de Thierry Dubois avec la 7 Lecot du musée de la Rochetaillée / la gamme 11A / la gamme 15/6 / les carrosseries spéciales  Langenthal, Worblaufen, TTT / inviter les artistes, sculpteurs ou dessinateurs sur le sujet : compressions de César par exemple ! Hélas Moebius nous a quitté.

 

Reproduire la 1ère rétrospective Dali au Centre Pompidou en 1979 avec une traction suspendue au-dessus d'une cuillère "l'attraction comestible" (c’est d’actualité).

 

 

Salle Edouard Michelin (divers et pneus)

 

Se faire prêter tous les gadgets, accessoires anciens et modernes réalisés à partir du thème traction (cendriers, porte clefs, miniatures, BD, jouets Citroën, refaire diorama type Galeries Lafayette, refaire maquette type train électrique avec plein de tractions qui circulent dans une ville au 1/43ème, etc.)

 

Afficher articles de presse automobile et immédiat après guerre sur gang des Traction, extrait des modifications du code obligeant l'apposition de feux arrières ou de clignotants, le procès Citroën / SIMCA en 1954 jamais évoqué (surveillez ce blog...), Yvette Horner, etc.

 

Sonorisation : elle est belle, elle a des ailes, c'est la traction universelle, etc….

 

Voir Michelin pour stand sur les pneus (Superconfort, basse pression, radiaux, X, etc.) et jantes (Stop, Pilote, BM, voire les Lambert-Nivelles) et refabrications avec archives sur le savoir-faire de la firme clermontoise.

 

 

Salle Haardt-Audouin-Dubreuil (aventures) :

 

Reparler des records sur Traction, Rosalie 7 et IX, des raids TA, Lecot, Avoyne, TMT et Tracbar, exposer un ou deux modèles = films + accessoires en diorama grandeur nature (mannequins, tentes montées, réchauds, sable dans une salle entière, les visiteurs doivent traverser un désert…). Eclairage baissant avec illuminations feu de camp et bruit nocturne de brousse pour évoquer l'ambiance bivouac.

 

 

Sans oublier…

 

Un standard pour répondre aux différents appels des collectionneurs. Cela permettra de soulager les clubs, les auteurs et le service Patrimoine de questions diverses, insistantes parfois exigeantes. Prévoir un site officiel. Accès Internet possible sur place contre une somme modique (type cybercafé).

 

Prévoir une salle de 50 personnes pour des réunions notamment celle des Assises Traction (unifiant tous les présidents de clubs Traction de France).

 

Location de cette salle possible (prix préférentiel pour les clubs).

 

Livre d'or à prévoir (être le premier à le signer serait un honneur et un plaisir).

 

Si place et moyens : restauration rapide, vaisselle décorée. Vendre gâteaux de type "Spéculoos" en forme de Traction. WC décorés.

 

Le fin du fin : créer du matériel spécial pour ce musée ou reprendre de l'existant (poignées de portes, de fenêtres, verres gravés, éclairage spécial, etc.). A l'extérieur, possibilité d'essayer une traction sur rendez-vous ou bien si on arrive en traction. Si cour intérieure, accueillir des départs de balades ou rallyes régionaux.

 

 

Conclusion :

 

Il y a moyen de faire dix fois mieux (plus poétique et moins classique). Servi par une organisation rigoureuse et planifiée, ce musée peut parfaitement ouvrir en 2014. Notons que le lieu idéal serait le hall place de l'Europe à Paris, actuellement loué par La Poste Réseau Ferré.

 

Mes bras sont ses ailes, mes jambes 78x100 flottent au-dessus de l'asphalte, mes yeux scintillent ABTP. L'huile de cette voiture coule dans mes veines…

 

"… comme la vie, la tractionite est inguérissable".

 

© 2005



05/12/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 360 autres membres