Le blog de Jérome COLLIGNON

Le blog de Jérome COLLIGNON

La Guilde Mondiale des Tractionnistes GMT

 

Vous trouverez ci-dessous l'histoire de la Guilde Mondiale des Tractionnistes. J'ai participé à sa fondation. Pour la première fois, une initiative tentait de regrouper tous les acteurs du monde Traction Citroën sous une même bannière. Je vous propose de vous raconter son histoire, l’ayant vécue de l’intérieur entre 2002 et 2004. Il est évident qu’il s’agira de ma version donc contestable mais ce qui m'intéresse c'est de témoigner. Dès que j’évoquerai un fait dont j’ai gardé une trace tangible, je le matérialiserai par un astérisque, ceci pour preuve de ma bonne foi. Dans cette étude, il me faudra parler de la société Globe Driver de cette époque. Pour faire la différence entre hier et aujourd’hui, je l’appellerai « société GD ».

 

Naissance de la GMT :

La Guilde était une excellente idée initiée par Eric Massiet du Biest. Le 16 février 2002*, il convie à l’Auto Passion Café (Paris) tous les acteurs du monde Traction à une réunion préparatoire. Il a fait tester une rotule inférieure de direction vendue par un marchand bien connu. Verdict : celle-ci possède une dureté 3 à 4 fois inférieure à celle d’une pièce d’origine. Ceci est inacceptable pour notre sécurité. Lorsque la GMT est créée le 15 juin 2002*, j’imagine aisément l’impact qu’elle peut avoir sur le standard de qualité des pièces Traction et sur les marchands. C’est pourquoi malgré ma réticence envers les rallyes Tracbar mené par Eric, je m’engage dans l’aventure GMT.

 

Au fait pourquoi cette réticence ? C'est simple : je promeus la restauration des Traction le plus conformément possible à leur état de sortie d'usine (sinon je ne vois pas trop l'intérêt de s'intéresser à la technique de ces voitures) tandis qu'Eric organise des voyages touristiques en Traction qui selon moi s'apparentent à des rallyes-raid. Les voitures passent dans des chemins de pierre, subissent la tôle ondulée, traversent des étendues de sable. Les lignes de caisse se fendent, les ailes sont grêlées, les dessous de coque martelés. Le touriste s'évade mais la voiture souffre et je trouve cela dommage pour des engins qui ont réussi à vaincre le temps et l'usage des hommes et à parvenir jusqu'à nous. Donc restaurer pour mieux détruire alors qu'il existe du matériel spécialement conçu pour cet usage particulier ? Tels sont mon incompréhension et mon désaccord sur ce point.

 

Les statuts sont déposés le 05/07/2002 et publiés le 27 suivant dans la Marne. Le bureau fondateur* s’articule autour de EMB, Olivier de Serres et deux passionnés de Traction dont un juriste ce qui est pertinent. EMB déclare très vite qu’il faut une présidence tournante pour permettre de rafraîchir régulièrement le groupe et nous autoproclame en plaisantant "tractionnaires". Avec les autres, je signe les statuts. Hélas, je n’en recevrai jamais de copie comme le veut la loi 1901.

 

Les réunions commencent et je vois passer des horreurs : flexibles de freins sous dimensionnés, réservoirs de Lockheed à ajuster, biellettes de direction en acier non traité, poignées de portes de malle et volants creux, cardans avec jeu démesuré en sortie de fabrication et pour le moins grave, pièces mécaniques aux couleurs fantaisistes…

 

Il faut agir et la Guilde sous l’impulsion de EMB le fait dans le bon sens. Déjà des préconisations apparaissent. La société KONI, attentive à nos desiderata, repeint ses amortisseurs rouges vifs en noir. Nous déterminons 10 points de qualité qui vont constituer un label sous le nom de Qualiprod. La Vie de L’Auto s’en fait l’écho début juillet 2002*.

 

 

Il va s’agir d’encourager les marchands à passer par le filtre de ce label. Chaque pièce fabriquée selon nos critères sera identifiée. Les questions affluent : comment identifier une pièce ? En la contrôlant a posteriori par un laboratoire indépendant ? En l’estampillant a priori lors de sa fabrication ? En fournissant un emballage avec le logo Qualiprod ? Bien vite, les coûts et le juridique freinent ce projet ambitieux. Un contrôle par un laboratoire coûte plusieurs milliers d’euros par type de pièce contrôlée. Qui va payer ? Le marchand ? Autant qu’il ferme boutique. Les membres GMT en répercutant le coût ? Impossible. Et puis qui est responsable lors d’un accident avec une pièce estampillée Qualiprod : le marchand ou la GMT ? Dans l’attente de financement, on en arrive finalement à une simple recommandation positive de pièces testées lors d’une manifestation qui reste à créer.

 

Ce que réclament les tractionnistes ? Une liste précise de pièces fiables à un prix correct et de fournisseurs agréés, des conseils pour reconnaître une bonne pièce d’une mauvaise, des conseils de montage, une dénonciation franche des mauvais fournisseurs (certains noms revenant souvent). Les pièces citées sont : frein, chemise, piston, pompe à eau, carbu, roulement de roue, pièces chromées, feux arrières, etc. (cf. réunion GMT 03*). Un célèbre marchand s'est mis dans l'idée de faire refabriquer des volants de direction mais à sa sauce. Pour en diminuer le coût de revient, il a fait mouler ces pièces en "oubliant" l'armature métallique interne et en négligeant les contraintes techniques liées à la conception de la direction. Le résultat ne se fait pas attendre : les volants cassent les uns après les autres avec toutes les conséquences que l'on imagine pour la sécurité (le conducteur se retrouve à piloter un moignon de plastique) et le coût de remplacement. La GMT en fait ses choux gras.

 

Au service des tractionnistes, la GMT propose de créer un réseau "Bed and Breakfast" pour les voyageurs, de promouvoir le concept de « rouler mieux et plus souvent en Traction », de provoquer une prise de conscience sur la qualité des pièces. Parallèlement elle imagine la création du site Traction-avant.com et d’un forum de discussion inexistant jusqu’alors. Contre 22 euros, chaque adhérent recevra une information trimestrielle par courrier "GMT INFOS", un catalogue annuel de pièces détachées, une adresse e-mail personnalisée. La GMT éditera de petits guides pratiques concernant l’entretien des TA, les adhérents bénéficieront de réduction sur l’achat de pièces détachées. De ces décisions ambitieuses, deux seulement aboutiront : l’adresse email et le forum. Pour autant que je me souvienne, personne n’a jamais travaillé sur les autres points. Le club de la Traction Universelle rappellera qu’elle fournit déjà des pièces avec réduction de prix à ses membres. EMB imagine ensuite un Guide du Rouleur dont il m’envoie la pagination mais celui-ci sera abandonné faute de finances. Les cotisations affluent mais ne suffisent pas. Le webmaster du site me demande de rédiger un texte de présentation sur la Traction. Ce que je fais. Je complète la liste des ouvrages connus sur la Traction ainsi que la cote officielle. C'est mon premier travail sur internet. Ce qu'il reste du site (je n'en approuve pas tous les termes, donné seulement à titre d'illustration) est : ici.

 

L’énergie bouillonne, il faut la canaliser vers un projet fort. C’est ainsi qu’EMB décide de monter le FITA ou "Festival International de la Traction Avant" rebaptisé Les Tractionades par analogie avec le mot "citronnade". Depuis Le Bourget 1984, il manque une manifestation dédiée au dynamisme de notre passion. Celle-ci permettra de tester les pièces refabriquées. Mais cette excellente idée ne va-t-elle pas détourner notre énergie du but premier ? Le FITA devient vite le sujet principal à mesure que la date avance : juillet 2003.

 

Les Tractionades :

Pour les Tractionades, le bureau de GMT est entièrement mobilisé. Il est composé de gens compétents dont des organisateurs du Salon de Reims. J’ai moi-même co-organisé le salon entre 1994 et 2000 avec diverses tâches : traçage d’emplacements, circulation, dossier assurance, décoration de stand, règlement de litiges, droit de place avec la ville, etc. Ne me voyant pas reprendre de grandes responsabilités aux Tractionades, je reste à l’écart.

 

Mais Olivier de Serres fait appel à moi pour aider à organiser le musée éphémère et je suis derechef bombardé « Responsable du comité historique ». Sur le site GMT, mon nom rejoint la liste des participants actifs. J’appelle mes amis pour faire venir quelques-uns des plus beaux modèles de mon livre, notamment la 11A 1935 6 glaces qui viendra par plateau. Ma 11AL étant dans sa 3ème réfection moteur n’est pas disponible. Tant mieux, je serai plus concentré. Dans l’ordre d’inscription, EMB m’attribue le n°11 ce qui est sympa. Je suis convié à la dernière réunion préparatoire avec visite du site et tour du circuit de Charade qui restent un très bon moment.

 

11 limousine 2 red.jpg

 

EMB a de grandes vues sur ce show sportif : campagne d’affichage, produits dérivés, etc. Il imagine faire tourner les plus folles Traction avec moteurs gonflés, pot d’échappement sur le toit, jantes modernes, etc. La gérance du circuit le ramène à une réalité moins festive : menacé par une association de riverains excédés par le bruit, Charade se conforme à des règles strictes. Les voitures devront être conformes au PV des mines, passeront un contrôle technique et les horaires de course seront respectés, dont un silence total entre 12H et 14H.

 

Et puis… sur l’affiche qui nous est présentée apparaît la société GD ainsi que sur les bulletins d’inscription. Elle va avancer et encaisser les fonds. Je tousse, je ne comprends plus : qui organise en réalité ? Une association à but non lucratif animée par EMB ou une entreprise privée représentée par EMB ? Début 2003, je lui envoie une demande d’explication*. Il me répond que la démonstration d’endurance restera sous l’égide de GMT qui doit pour cela percevoir une subvention publique. Effectivement les dossiers d’inscription comportent deux volets distincts*. Même si la nécessité d’un financement solide s’impose, cette confusion ne me plait guère (notons que l’organisation des 75 ans d’Arras a été à 100% bénévole). Mais je n’ai pas voix au chapitre et travailler gratuitement pour une SARL ne semble gêner que moi. S’opposer serait se marginaliser. Je me réserve donc pour quelques tâches qu’on voudra bien me confier en me persuadant que je travaille bénévolement pour la Guilde.

 

Samedi matin : nous recevons de beaux tee-shirts jaunes siglés "Organisateur" (j’ai conservé ce collector) et un tour de table s’amorce. Allez, je ne vais pas mollir : je prends la responsabilité de l’accueil des voitures avec Patrick C. L’infatigable Emile G. s’occupera du placement en intérieur. Mettant à profit ma théorie en matière d’accession à un site, nous réussissons à faire entrer quasiment 300 voitures en trois heures. J’ai donc prouvé aux organisateurs du salon de Reims et des ICCCR qu’à condition d’anticiper, les files d’attente et l’énervement n’étaient pas une fatalité (cf. revue TA 41 page 30 et ma réponse TA 42 page 10). C’est au moment de Chevetogne 98 que s’est imposée l’idée de promouvoir l’Esprit Citroën et son sens de l’Organisation.

 

 

Le dimanche, je suis chargé du concours d’élégance. La fatigue, l’ambiance chaleureusement dilettante du festival, m’empêchent de me concentrer. Une liste m’est fournie. Je n’ai aucun numéro d’apparition, ni descriptif, à moi de me débrouiller. Les voitures enregistrées ne sont pas toutes élégantes et je cherche vainement les qualificatifs élogieux. Olivier, plus aguerri, vient me prêter main forte devant quelques 1000 impatients. Ce n’est pas mon meilleur souvenir et je décide ne plus retenter l’expérience sans préparation sérieuse. Ma dernière tâche sera de faire la circulation avant la Grande Parade. La rampe d’accès est encombrée, les moteurs chauffent, les pignons de 1ère craquent, ça s’énerve. Comme André Citroën le faisait, je récupère un sifflet, je fais dégager la rampe et fluidifie le convoi.

 

Suite aux Tractionades, je fais un bilan de GMT et de son action. Le nombre d’adhérents n’a cessé d’augmenter (jusqu’à plus de 100). La Guilde va t-elle devenir un super club chapeautant les clubs existants ? Alors il vaudrait mieux créer ce que j’ai toujours appelé de mes vœux : les Assises des Clubs Tractions réunissant pour la première fois toutes les obédiences (à ma connaissance, encore jamais réunies depuis 1966). Que va-t-on faire de ces adhérents ? Mis à part un bulletin d’information en mars 2003* et le forum Internet, rien n’a été fait pour les fidéliser. La notion de "membre à vie" s’oppose au principe d’adhésion renouvelable défini par la loi 1901 et je n’ai toujours pas de carte de membre !

 

Du point de vue refabrications, je comprends que l’aspect historique est secondaire. Selon Eric, le seul modèle digne d’être sauvegardé car le plus abouti ? La 11B 1955 à moteur 11D. Quant aux autres Tractions, aucun intérêt car "pas assez roulables", pas intéressantes du point de vue marché potentiel. J'entends même dire que les 11L exiguës se dépannent mal. Or toute démarche historique tend justement à protéger les spécificités. Olivier, vice-président, peu présent aux réunions*, intervient peu et je me retrouve seul à argumenter. Mon poste ne serait-il qu’honorifique ?

 

Je n’ai lu aucun résultat valable sur des essais de pièces (cf. article LVA du 24 juillet 2003*). Pour moi, l’objet social de GMT "aider les tractionnistes" a changé au profit d’une démarche événementielle. 525 Tractions ont fait le déplacement : c’est un succès magnifique. Des voitures rares se sont déplacées pour le musée, elles ont été photographiées en studio en prévision d’un ouvrage. Mais soudain on serre les boulons. Les collectionneurs ne recevront aucune compensation. Je subis le mécontentement que j’ai indirectement généré. La nuit à 150 euros dans un luxueux hôtel que je n’ai pas choisi dont on m’a certifié qu’elle serait dédommagée (par qui : GMT ou la société GD ?), je dois finalement la régler. Je ne m’attendais pas à un cadeau mais pas à cet imprévu. Au lieu du camping, ce sera mon budget vacances… N’a t-on pas vu trop grand pour cette 1ère édition ?

 

Surtout je trouve surprenant le recours au bénévolat dans une manifestation gérée par une société commerciale. Bon connaisseur de la loi 1901, plusieurs fois créateur de statuts, je défends ardemment la notion de "but non lucratif". J’aurais dû m’impliquer davantage pour défendre mes valeurs. Comment le pourrais-je vis-à-vis de la société GD ? Comment le pouvais-je étant hors du bureau GMT ? Pressentant un drame, je me désengage totalement de l’organisation des Tractionades 2005 et demande début 2004 à être supprimé du site GMT mais en vain.

 

Début 2005, EMB diffuse sur le site GMT un post* mettant en valeur une réalisation de la société GD. Nous y sommes. Pour moi, se pose alors un problème d’éthique : quelle crédibilité accorder à une association de consommateurs dont le responsable représente une société qui développe voyages et pièces détachées ? Serait-ce une mascarade ? Ce post est une erreur (qui n’en fait pas !) mais mon erreur serait de ne pas réagir : j’ai signé les statuts de GMT. Je proteste donc en privé. Ironie du sort, ayant voulu protéger la neutralité de GMT, j’en suis exclu par EMB. Mon nom est supprimé et mes écrits historiques effacés. Reste la photo du caberlinaulet – terme que j’ai inventé - dans la rubrique Horreurs. Je constate qu’il ne fait pas bon s’éloigner de la ligne du parti. N'accepter que les gens qui pensent comme soi ne dénote pas d'une ouverture d'esprit. Mais au fond je suis soulagé, je sais que j’ai raison. Pour moi, l’esprit de la Guilde de type « association défenderesse du consommateur » est mort avec les Tractionades. Mais ceci est bien peu face à certains conflits internes qui vont enflammer internet en cette fin 2005. Je m’abstiendrai de les commenter sauf à dire que ceux qui prônent le « Penser Positif » seront bien longs à se l’appliquer et que qui cherche un procès finit par le trouver…

 

J’assiste sans grand enthousiasme aux 2èmes Tractionades en juillet 2005 appréciant toutefois l’expo 15.6.

 

Bien que n’étant plus adhérent, je reçois une convocation à l’assemblée générale GMT du 14 janvier 2006* qui fait le bilan des 2 Tractionades. La lecture du communiqué au verso, qui rend compte des engagements (ou non) des uns et des autres est affligeante. Comment avec une telle équipe de telles pertes financières sont-elles possibles ? Qui a dépensé plus que les recettes espérées, qui a bâti les plans de financement, qui a surestimé le montant des subventions ou des sponsors ? Mystère… mais j’ai mon idée. Ce gâchis est à rapprocher des 60.000 euros perdus dans une récente manifestation GS-SM ou des pertes récurrentes des ICCCR et prouvent la nécessité d’un encadrement des manifestations Citroën. Ce pourrait être l’une des missions de l’ACI (Amicale Citroën Internationale). En tout cas, la Guilde est irrémédiablement perdue. Aurais-je eu raison trop tôt ? On me le dit.

 

Aujourd’hui j’ignore si la GMT, privée de membres, existe toujours. Je pense que non. EMB qui avait souscrit l’adresse du forum traction-avant.com* au nom de GMT, la reprend à son nom. Les archives GMT générales sont supprimées, les archives techniques restent quelques temps consultables puis disparaissent. Anticipant cela, ma dernière action sera de sauvegarder ces vestiges. Depuis février 2011, ce forum étant désormais hébergé par la société de EMB*, il est honnête de dire qu'il n’est plus celui – indépendant - de la Guilde.

 

Pour l’anecdote, face à la recrudescence de montage de boîte 4 vitesses dans les Tractions, mes interventions sur ce forum rappelant l’obligation d’un passage aux mines ont dû faire peur car j’en suis excommunié par EMB en mars 2009*, une fois de plus. Mon double "crime" ? Avoir rappelé que nul n’est censé ignorer la loi, qu’informations et démarches incombent au vendeur et à l’acheteur de cette optimisation pour opposer aux tiers (vous et moi) une assurance valable en cas d’accident et avoir supposé que les marchands se couvraient contre de futurs ennuis juridiques en faisant signer une décharge à leur client. Ai-je contesté la qualité de fabrication de leurs boîtes 4 vitesses ou même leur légitimité à en vendre ? Bien sûr que non. Chacun est libre de vendre et d'acheter ce qu'il veut et d'en assumer les conséquences. Je n’ai certes pas cajolé l’ignorance : hélas, on ne peut pas faire n'importe quoi avec sa voiture. Merci aux tractionnistes responsables qui ont défendu mon propos.

 

Les prolongements :
Depuis cette période et l’apparition des forums, un site Internet m’apparaissait être un formidable livre ouvert sur le monde. J’y pensais depuis 2001 mais c’est Guy LOOS qui le réalise en octobre 2003 (cf. Sites internet dans la rubrique Productions).

 

A petite échelle, j’ai continué à poursuivre l’œuvre de la Guilde. J’ai eu l’envie de relancer le concept de Bed and Breakfast mais sans échange d’argent. Le "Réseau des Amis" est en place mais dormant. Il est vrai qu’il est particulièrement difficile de faire bouger les choses dans notre vieux pays. Attentif aux évolutions des carburants, j’ai décidé de tester une Traction à l’E85 en février 2008. Vous trouverez mes résultats dans l’article "L’avenir de la Traction ? Rouler !".

 

Avec ce blog, j’ai retrouvé une parole libérée de la censure et d’un irrationnel frôlant parfois l’hystérie collective. Ne dit-on pas d'ailleurs "qui trop embrasse mal étreint" ? Je peux enfin évoquer le sujet de "La Traction et la loi" que certains refusent d'entendre et qui fait, ma foi, une belle audience. Comme quoi, l’information manquait ! En hommage à cette période où nous voulions, de façon désintéressée, préserver les tractionnistes et leur passion d’un environnement méconnu et changeant…

 



02/06/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 359 autres membres