Le blog de Jérome COLLIGNON

Le blog de Jérome COLLIGNON

LITT : Maison de Stéphane Mallarmé

P6170230ret.jpg

Mallarmé avec son châle, lui qui était frileux

 

 

Lors d'un week-end en Seine et Marne (17 juin 2018), j'ai redécouvert Stéphane Mallarmé en visitant la maison où il habitait et mourut en 1898, voilà donc 120 ans. Ce musée est situé à Vulaines-sur-Seine (appelée aussi Valvins) et je vous conseille sa visite.

P6170206red.jpg

 P6170208red.jpg

 

Enseignant et traducteur en anglais, critique d'art, métiers qu'il exerçait pour subsister, sa passion était la poésie. Ses longues recherches lui permettaient d'associer les mots comme des fleurs dans un bouquet pour susciter des émotions et des images. On dit de lui qu'il était un symboliste (avant les impressionnistes). Paul Verlaine l'inscrit dans les poètes maudits en 1884. Mallarmé fréquente des noms que vous connaissez : Oscar Wilde, Paul Valéry, Claude Debussy, Emile Zola. "Le monde est fait pour aboutir à un beau livre", disait Mallarmé qui travaillait au Livre Parfait, ultime œuvre de sa vie avant de demander que tout soit brûlé après sa mort, n'y voyant pas là "d'héritage littéraire". Quel dommage !

 

Relisez ses textes très loin de la bêtise actuelle, de la culture violente, qui témoignent d'une époque glorieuse et raffinée (parfois grivoise) de la langue française. Au début du XXème siècle, un typographe disposait de 4500 mots. Aujourd'hui nous utilisons 500 mots maximum. La pauvreté de l'âme a gagné.

 

Quelques vers célèbres

Brise Marine (1899) :

La chair est triste, hélas ! et j'ai lu tous les livres.
Fuir ! Là-bas fuir ! Je sens que des oiseaux sont ivres
D'être parmi l'écume inconnue et les cieux !
Rien, ni les vieux jardins reflétés par les yeux
Ne retiendra ce cœur qui dans la mer se trempe.

 

Le Tombeau d'Edgar Poe (qu'il admirait et qu'il a traduit) (1876)

Tel qu'en Lui-même enfin l'éternité le change,
Le Poète suscite avec un glaive nu
Son siècle épouvanté de n'avoir pas connu
Que la mort triomphait dans cette voix étrange !

 

En parlant d'étrangeté... l'un de ses poèmes s'intitule :"un coup de dés jamais n'abolira le hasard". Ce titre possède un lien avec un autre de mes articles sur la villa Noailles.

 

Voici une série de photos du musée Mallarmé :

P6170221red.jpg  P6170222red.jpg  P6170224red.jpg  P6170225retred.jpg

 

P6170227red.jpg  P6170231red.jpg  P6170232red.jpg

Sur la chaise à bascule, son authentique châle (voir photo d'entête). A droite rare lanterne magique

 

P6170239red.jpg  P6170240red.jpg  P6170209red.jpg

 

P6170254red.jpg

La tombe du poète à Samoreau

 

Un lien vers ses poèmes :

https://www.poesie-francaise.fr/poemes-stephane-mallarme/



11/07/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 317 autres membres